Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Poésies

Enormités

Texte écrit par Malyce

De grotesque en syllabes, injures indélébiles,

Tel, à coups de matraques, je traque à domicile,

Ces démons insolents, je voudrai oublier,

Ces affres innocents, comment les maîtriser ?

 

Je parjure et je tombe, dans l'oubli délicat,

Qu'une rose, ses épines, piquent au sang pour un roi,

Déchu quoiqu'il lui coûte, ce bouquet de torpeur,

de poison, je m’envoûte, moi-même dans un bonheur,

 

Illusoire, je repasse, en boucle, d'une insomnie,

Précieuse, je lasse, tous mes lacets de vie,

A la fin j'aperçois, l'absurde et le pervers,

En effet, dans ma hâte, j'ai noué à l'envers,

 

Mes joies et mes tristesses, comme j'ai tout confondu,

Énormes sont ces enfers, pour lesquels j'ai perdu,

Dignité et honneur, courage et précision,

Pour dernier chant du cœur, ces cris de dérision,

 

Énormités de vivre, il n'y aura de sens,

Que dans cette dérive, je surprends mon enfance,

A m'enfermer en moi, à enserrer mes nuits,

Blancheur, je me pourvois dans tes mélancolies.

Commentaires   

Frédéric Grimbert
+1 # Frédéric Grimbert 08-03-2016 09:38
J'aurais pu écrire moi-même quelques-unes de ces strophes, si je n'étais pas bloqué par l'incompréhensi on humaine. Merci de l'avoir fait à ma place, cela me libère de ma paralysie émotive actuelle. Très beau poème qui va chercher de la lumière dans l'obscurité...
Répondre | Répondre en citant | Citer | Signaler à l’administrateur

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir