Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Nouvelles

Les cercles de pierre

Texte écrit par Caroline Sainson

C’était une petite île, un îlot plutôt qui s’échappait de la brume du matin quand on regardait vers le sud depuis le petit port de Stanford. Personne n’allait là bas à part quelques pêcheurs qui y trouvaient pas mal de poissons. Ce n’était pas un lieu touristique ou intéressant pour les promeneurs car il n’y avait pas de belles plages et de toute façon, dans ce petit coin perdu d’Angleterre, il pleuvait fort et souvent. Ainsi cette île ne présentait pas un grand intérêt et personne ne se donnait la peine de lui en donner un.

Un jour de mai, où il faisait relativement beau, un car touristique en partance pour un site archéologique proche s’arrêta à Stanford pour une pause.

Tout le groupe, de tous âges, discutait devant le seul pub du port qui donnait sur la jetée.

Ils attendaient que le chauffeur du car finisse sa pause réglementaire et en attendant certains d’entre eux entrèrent dans le pub pour boire un verre. Ce pub était tenu par Brad Magire un vieille homme bourru et fort peu aimable. Il servit tout le monde et la pause dura un peu...D’autant plus qu’à l’extérieur, un fort vent du nord avait poussé quelques nuages jusqu’au port et qu’il ne faisait plus aussi beau.

Dans ce groupe de vacanciers, se trouvait Daniel Soroun, un étudiant de 20 ans qui accompagnait ses parents en vacances. Il s’ennuyait ferme... Lui, il aimait la nature, la science et la logique et d’ailleurs, il se prévalait d’avoir d’excellentes notes à l’université et rêvait de devenir vétérinaire ou biologiste.

Bref, la journée entamée ne promettait rien de bien passionnant !  Il était tout à ses réflexions quand un jeune homme d’à peu près son âge descendit à fond les escaliers, habillé avec un grand ciré de marin et des ustensiles de pêche. Il vit le groupe, se dirigea vers le comptoir et parla au propriétaire. Daniel le remarqua et se se dit que ce garçon là au moins allait s’amuser !! Le jeune homme s'approcha ensuite du groupe, par pure politesse sans doute, pour demander ce qui était programmé aujourd’hui.

Daniel lui indiqua qu’ils allaient sans doute encore voir des pierres levées et mit dans sa voix un ton presque désespéré… Le jeune homme dû le sentir car il lui proposa tout d’un coup d’aller à la pêche avec lui. Il avait un vieux ciré à son père, le propriétaire du pub et pourrait lui prêter. Daniel mourrait d’envie d’accepter. Bien entendu, il ne connaissait pas ce jeune homme à l’air tranquille mais il lui avait proposé une belle alternative à une ennuyeuse journée et cela ne pouvait pas se refuser…. Il demanda l’autorisation à ses parents qui lui recommandèrent simplement de bien se couvrir et de ne pas revenir trop tard pour reprendre le car le soir même.

Le jeune homme, qui s’appelait Ed, alla chercher le ciré de son père, prévint celui-ci qu’il serait de retour pour la soirée afin de l’aider au pub et ils partirent tous les deux laissant derrière eux le groupe qui, lui, commençait à embarquer dans le car.

Les deux compères partirent vers le port et montèrent à bord d’une petite embarcation légère. Ça flairait vraiment les vacances et même pour Ed, le fait d’avoir un compagnon de son âge était une vraie nouveauté. Il allait pouvoir discuter et il sentait, en plus, que Daniel n’était pas d’une nature ennuyeuse. La ballade se fit paisiblement et les garçons pêchèrent un peu le temps d’arriver jusqu’à l’île que l'on voyait au loin et sur laquelle ils accostèrent.

Le courant était rapidement passé entre les deux garçons qui s’entendaient bien. Ed indiqua à Daniel que l’île était très ancienne et qu’il devait y avoir des choses intéressantes à y trouver au niveau de la faune et surtout de la flore car personne n’y venait jamais. En effet, Daniel s’était déjà rendu compte que les arbres qui entouraient la crique devaient être centenaires car ils étaient très hauts et leur diamètre était impressionnant. Il s’agissait de grands chênes et leur grandeur empêchait même les sous-bois de pousser.

Ils avaient encore un peu de temps et ils décidèrent donc de visiter un peu... Ils empruntèrent un petit chemin qui partait de la plage et qui s’enfonçait à travers la forêt. Curieusement, la forêt était froide et sombre mais les garçons s’émerveillaient de cette ballade car cela donnait à leur sortie un petit goût d’aventure. Ils marchaient depuis quelque temps quand ils arrivèrent dans une clairière où les chênes laissaient passer un peu de lumière. Ils regardaient autour d’eux quand Daniel fit remarquer à Ed l’étrange silence qui les entourait.

Pas un bruit ne venait dissiper l’attention…un silence étonnant et un peu inquiétant...

Seul un fort vent d’altitude faisait vibrer la canopée des arbres et donnait un air un peu vivant à la vision d’ensemble. Tout à coup, le site leur parut quelque peu sinistre mais ils remarquèrent que le chemin qui les avaient mené à la clairière continuait par delà celle – ci et ils virent que cela les conduirait vers une belle crique ensoleillée. Ils se décidèrent donc à aller voir la petite plage et la trouvèrent bien agréable. Ils s’y baignèrent un peu puis décidèrent qu’ils devaient rentrer.

Ils eurent des difficultés à se repérer car pendant leur baignade, le chemin qu’ils avaient emprunté à l’aller avait changé d’aspect. Il paraissait très nivelé et plus large…ils finirent tout de même par retrouver la clairière qui elle aussi avait changé d’aspect. Le terrain s’était creusé en moins de 2 h. C’était vraiment très curieux mais il fallait rentrer et les garçons n’avaient tout d'un coup plus trop l’âme vadrouilleuse.

Le retour se fit tranquillement mais l’humeur était un peu ternie par l’impression étrange que l’île avait donné. L’absence de vie animale était vraiment anormale et pourtant il n’avait pas semblé que la flore soit touchée. Les arbres plus que centenaires, magnifiques et si puissants prouvaient que le sol n’était pas empoisonné. Peut– être l’explication venait – elle des mouvements de terrain...Mais cela semblait étonnant car les animaux se seraient adaptés à la situation et la vie animale aurait finie par gagner sur les étrangetés de l’île….

Le soir, Daniel et ses parents repartirent mais les deux garçons promirent de s’écrire car ils étaient facilement devenus amis. Pendant toute l’année, ils tinrent leur promesse et Daniel indiqua même à ses parents sa volonté de retourner à Stanford en vacances pour l’été. Ed et Daniel se retrouvèrent donc pour les vacances. Daniel était logé chez le père de Ed et les 2 garçons aidaient Brad au pub le soir. En plein mois de juillet, il y avait plus de monde qu’en mai et Daniel et Ed furent très rapidement sur leur bateau afin de fuir les touristes sur les plages, dans les bars et sur la jetée du port.

Ils passaient leurs journées à pêcher et se baigner dans des criques éloignées qui n’étaient accessibles qu’en bateau. Au bout d’une semaine, ils avaient fait le tour de pas mal de criques et endroits reculés et quand ils entendirent des touristes parler de l’île avec enthousiasme et plaisir, ils décidèrent qu’ils s’étaient sûrement fait de fausses frayeurs la première fois et qu’il fallait changer leur idée par une approche plus optimiste.

Ils se préparèrent un bon pique – nique, un goûter conséquent et partirent vers l’île par une chaude et ensoleillée journée de juillet. Il faisait très chaud et ils décidèrent de chercher la crique sur laquelle ils avaient abordé à leur première visite. Ils ne la trouvèrent pas mais remarquèrent une petite plage tout aussi charmante et ils décidèrent qu’elle ferait très bien l’affaire pour se baigner. Le temps était magnifique et, ils entendaient, avec un plaisir certain, des oiseaux chanter ! Ils décidèrent donc d’aller voir la clairière mais ne la retrouvèrent pas car la physionomie de l’île avait encore changée. Mais leur peur était totalement dissipée car ils avaient entendu des oiseaux..Ils se baladèrent quelques heures, tout heureux de voir que leur première impression n’avait pas été la bonne et que l’île était tout à fait normale.

Daniel et Ed étaient donc en pleine forme ce soir là pour aider Brad au pub. Brad se faisait vieux et il était bien content d’avoir deux jeunes assistants. De plus, il voyait que Daniel et Ed étaient devenus de vrais amis et cela lui faisait plaisir car son fils était d'ordinaire un peu solitaire.

Un homme s’était attablé au fond du pub près de la table de billard et du jeu de fléchette. Il paraissait ne pas écouter les conversations et perdu dans ses pensées, buvait bière sur bière. Vers minuit, il ne restait plus que très peu de clients et Daniel proposa  une partie de fléchettes à Ed pendant que Brad rangeait le pub et se préparait à fermer. Ils étaient tout deux concentrés à jouer quand tout d’un coup, l’homme assis au fond du pub leur demanda s’ils avaient déjà fait un tour sur l’île. La question était d’autant plus surprenante que jusqu’à cet instant, l’homme n’avait parlé à personne dans tout le pub et que personne n’était venu le saluer.

Daniel ne voulut pas paraître mal poli et il répondit au vieil homme qu’il avait été sur l’île avec son ami mais qu’il ne savait quoi en penser exactement. Il lui indiqua que lors des 2 visites faites sur l’île, les impressions avaient été très différentes en bon ou en mauvais et qu’il ne pouvait pas vraiment donner une opinion réellement objective. Le vieil homme voulut alors savoir ce qui avait changé entre les 2 visites et ce qui avait perturbé le jeune homme. Quand il entendit la réponse de Daniel, relayé par Ed, il donna l’impression qu’il recevait là confirmation d’un avis déjà bien forgé sur la question. Daniel et Ed trouvait tout d’un coup le personnage assez intéressant et ils s’assirent avec lui en lui demandant si lui avait été sur l’île. C’est ainsi que les garçons apprirent à connaître Sylvester qui leur raconta qu’il connaissait l’île mais ne l’aimait pas.

Il en parlait avec une fascination mêlée de crainte étrange comme si toutes les questions qu’il s’était posé à son sujet n’avaient jamais trouvé de réponses. Daniel et Ed confrontèrent ainsi leurs impressions avec Sylvester et leur idée se confirma que l’île n'était quand même pas tout à fait normale... Le lendemain, ils décidèrent donc de retourner sur l'île car leur curiosité était piquée... Ils partirent de bonne heure et accostèrent dans une large crique sans toutefois la reconnaître...Cette fois, ils ne s’étonnèrent plus et ils étaient désormais tellement intrigués que rien ne pouvait les arrêter.

Au bout de 20 minutes de marche, ils retrouvèrent la clairière. Il faisait frais sous les feuillages et on entendait autour le vent dans les branches hautes. L’atmosphère n’était pas particulièrement réjouissante car à l’ombre des grands chênes, loin de la crique ensoleillée, on n’entendait plus un bruit d’oiseaux ni de bruits de vie animale dans les sous – bois. De nouveau, un silence oppressant entourait nos promeneurs. Le silence venait quand on s’enfonçait dans la forêt et que la sombre canopée des chênes empêchait la lumière de passer... Cela expliquait pourquoi leur impression avait été différente les 2 fois ou ils étaient venus et aussi pourquoi les touristes, qui restaient prés des criques et ne pénétraient pas sur l’île, avaient trouvé l’endroit normal voir enchanteur…

En marchant dans la clairière, Daniel buta sur une pierre qui dépassait dans la dépression. Ce qui l’étonna c’est qu’il ne s’agissait pas d’une pierre de rocaille mais d’une brique rouge de construction. Les 2 garçons étaient surpris de trouver ce type de brique ici...Dommage...ils n'avaient rien pour creuser....Ils décidèrent de revenir le lendemain avec du matériel. Le lendemain, encore une fois les criques avaient bougé, les chemins changés et la clairière fût difficile à retrouver. Dans la clairière, ils installèrent leur matériel et se mirent à creuser sans parler.

La construction, car il fallut très vite se rendre à l’évidence que c’est bien de cela qu’il s’agissait, était ronde de forme. Très rapidement, les garçons délimitèrent même une superficie, celle d’un cercle d’environ 4 mètres de diamètre. Mais rien au centre de ce cercle. Pas de reste de toit, pas de fond…Juste un étrange cercle de briques...En continuant de creuser, ils tombèrent sur un 2ème cercle situé sous le premier. Les deux niveaux étaient légèrement séparés et le cercle supérieur était ancré aux cercle inférieur par quelques plots répartis tout autour..Il y avait, entre chaque cercle, une hauteur de 20 cm environ et les jeunes hommes étaient certains qu’ils allaient découvrir plus de cercles… Pendant le reste de la journée, ils réussirent à mettre à jour encore un troisième cercle sous les 2 premiers et décidèrent de rentrer car l’île leur faisait froid dans le dos la nuit tombée.

Harassés, ils rentrèrent et racontèrent leur découverte à un Sylvester médusé et très excité par le récit de ses nouveaux amis. Les garçons étaient sûrs d’avoir découvert le début du secret du mystère de cette île et le lendemain, ils repartirent en demandant à Sylvester de faire des recherches à la bibliothèque locale sur les habitats connus de l’île. Sylvester était heureux de participer à l’aventure qui se dessinait et accepta avec enthousiasme.

Les garçons passèrent encore une journée à creuser sur l’île et quand ils revinrent le soir, 7 cercles avaient été mis à jour. Sans qu’aucune construction dans le cercle ou à l’extérieur de celui-ci n’est pue être trouvée.

En rentrant à Stanford, ils se retrouvèrent au pub avec Sylvester et discutèrent ensemble de leurs journées respectives. Sylvester avait trouvé quelques livres intéressants à la bibliothèque sur l’occultisme dans la région  mais rien de très probant et surtout rien qui indiquait une quelconque habitation de l’île. Les garçons, tout comme Sylvester d’ailleurs, gardaient les pieds sur terre mais leur intérêt pour ce mystère était grand et rien n’aurait pu les arrêter pour essayer de deviner ce qui se cachait là bas dans la forêt profonde et silencieuse.

Ils décidèrent que Sylvester se concentrerait désormais sur les pratiques occultes dans la région ainsi qu’à la lecture des faits divers un peu spéciaux de ces dernières années afin de rechercher des disparitions mystérieuses ou des histoires locales instructives. Quant à eux, ils se préparèrent et retournèrent sur l’île dés le lendemain. Cela commençait à faire du bruit à Stanford, ces 2 jeunes qui allaient avec du matériel sur l’île et Sylvester, qui paraissait jusque là si taciturne et solitaire qui les aidaient. Cela en intriguait plus d’un et il y avait de plus en plus de monde sur la jetée au départ du bateau. Mais cela ne gênait pas Ed et Daniel qui étaient totalement à leur expédition.

Il fallait faire vite car Daniel arrivait à la fin de ses vacances et ils voulaient vraiment un début de solution. Les deux derniers jours de fouille furent harassants. Ils découvrirent encore plusieurs cercles mais cela semblait infini et cela les fatiguait mentalement de ne pas avoir l’impression d’avancer. Ils avaient déjà atteint une profondeur de plusieurs mètres et toujours rien au centre..Ils devaient descendre avec des cordes au fond de l'excavation creusée et cela leur prenait beaucoup de temps..

C'était très intriguant car comme puit, cela semblait très large et il était étrange q'il ait été recouvert d’autant de terre…il avait sûrement fallu des années pour recouvrir la construction et cela indiquait qu’elle devait être très ancienne ou qu’un phénomène non expliqué avait amené de la terre dessus. Alors puit ou cercle occulte ? Les garçons n’eurent pas la réponse à la question à la fin des 2 derniers jours de fouille et Daniel du retourner à ses études. Ed, lui, décida qu’il continuerait à creuser dés qu’il aurait du temps mais seul, il savait que ce serait long, fastidieux et qu’il ne pourrait pas avancer vite. Sylvester, quant à lui, était bien désolé de voir partir Daniel car il savait qu’il allait retourner à sa vie ennuyeuse et il aimait bien discuter et réfléchir avec les deux garçons. Il promit de continuer à chercher et indiqua même qu’il chercherait peut être des mécènes pour une opération de recherche de plus grande ampleur afin d’avoir du matériel pour creuser plus vite, plus profond et pour trouver enfin quelque chose d’intéressant.

6 mois s’écoulèrent. Ed et Daniel s’écrivaient souvent. Ed avait été sur l’île qui avait encore changé très souvent de physionomie. Mais il avançait très doucement et n'avait rien de nouveau en dehors d’autres cercles. Sylvester avait réussi, de son côté, à intéresser un groupe d’archéologues – spéléologues amateurs de la région qui vinrent regarder les cercles et faire des observations sur les mouvements de terrain. Daniel, lui, avait fait des recherches à l’université sur l’occultisme, sur Stanford et sur l’occupation de la région dans des temps très anciens sans trouver aucune trace d’habitation ou de vie autre qu’animale sur cette île qui n’avait même pas de nom sur les cartes locales. Il avait également trouvé des informations sur les puits et cela le confortait dans l’idée qu’il s’agissait d’autre chose. Les puits traditionnels étaient moins larges et construits en pierre plutôt qu’en briques plus poreuses.

Les archéologues amateurs avaient été très intrigués par leur visite et ils n’hésitèrent pas à en parler à des professeurs de l’université locale qui se déplacèrent également sur l’île. La rumeur commençait à devenir très nette qu’il se tramait quelque chose sur cette île et de nombreux touristes, curieux, badauds de tout genre, affluaient à Stanford et prenaient d’assaut l’île mystérieuse. On prenait des photos, on s’interrogeait….bref, les commérages et les rumeurs allaient bon train….et Ed, Daniel et Sylvester étaient assaillis de questions dés qu’ils allaient quelque part…Cela les amusait mais leur intérêt restait l’île et son mystère..

Quand les professeurs de l’université locale débarquèrent, ils les emmenèrent donc très rapidement sur l’île leur présenter ce qu’ils avaient pu mettre à jour. Les recherches continuaient et on avait maintenant déterré des cercles en briques sur une hauteur de 7 mètres…Des passerelles avaient été aménagées autour. Impressionnant et inexplicable furent les mots des professeurs ébahis qui repartirent de l’île. Ils se promirent d’en parler à d’éminents spécialistes de la question des cercles occultes et quelques semaines seulement après leur visite, l’affaire prenait un intérêt national. 

Les journalistes débarquèrent et commencèrent à interroger tous les habitants de la petite bourgade et Ed, Daniel et Sylvester furent également obligés de donner quelques interviews afin que rien de stupide sur de prétendues légendes ne soit colporté et que le sujet reste sérieux. Il fallait impérativement que le cercle soit présenté comme une construction inconnue, mystérieuse qui présentait un intérêt pour la connaissance historique.

Les recherches s’étaient perfectionnées. On allait plus vite pour creuser grâce à des machines et on avait même découvert, en voulant accrocher une corde pour passer une poulie, qu’une branche située à proximité du cercle présentait des stries et des coupures qui montrait que quelqu’un avant aujourd’hui avait eu la même idée….Cela prouvait que ces cercles avaient bien été construit sciemment et qu’ils avaient servi à quelque chose à une époque sans doute éloignée. Dés que le soir arrivait, tout le monde quittait l'île et elle retrouvait sa quiétude jusqu'au lendemain...

Désormais Ed et Daniel consacraient tout leur temps aux recherches, aux interviews et Sylvester continuait de récolter des fonds de mécènes pour financer le projet de recherche. Daniel n’avait pas hésité à laisser de côté un peu ses études car cette découverte le fascinait et pour l’instant, il voulait se consacrer à cela. Même Brad, au pub, s’habituait à l’absence de plus en plus fréquente de son fils au pub pour l’aider car il avait compris l’importance des recherches et voyait que son fils y tenait beaucoup.

En mai, on avait bien creusé mais on avait toujours rien découvert de nouveau et les journalistes commençaient même à trouver qu’il n’y avait rien de bien mystérieux sur cette île et pensaient qu’on avait un peu fait du vent autour de rien. Leur attitude changea quand, enfin, pendant une journée de recherche qui semblait finir comme les autres, on tomba sur un socle en bois qui couvrait toute la largeur d'un cercle. Le socle était en parfait état de conservation mais aucune inscription n’apparaissait dessus. Une nouveauté mais une nouveauté qui appelait de nouvelles questions sans réponse...Fin des cercles, plancher d'une construction nouvelle ? La découverte était importante et les archéologues prirent de nombreux clichés pour les analyser avec des outils plus précis et plus perfectionnés.

En creusant sous le socle, on s’aperçut très rapidement qu'il ne s'agissait, en fait, que d'un niveau...les cercles continuaient ! C'est alors qu'on fit une nouvelle découverte. Le "puit" était désormais très profond et il fallait descendre dans l’excavation avec des échelles. Des systèmes à poulies permettaient de remonter la terre sur les côtés. La clairière était méconnaissable mais on essayait de ne pas endommager les arbres centenaires et de ne pas gêner les quelques bêtes présentes sur l’île. C’est en travaillant à retirer de la terre sur les parois de briques que l’on aperçut une inscription gravée dans la pierre ! L’écriture était assez peu lisible mais on voyait qu’il s’agissait d’anglais. D’après les premiers experts qui arrivèrent sur place, il s’agissait d’une phrase écrite autour du cercle selon une calligraphie  particulière. L’écriture était très serrée et de temps à autre, un symbole venait se placer entre certaines lettres. En fait, certains passages étaient illisibles car effacés par le temps mais la grande partie du message donnait ceci :

Ici repose (symbole) le fondateur de la grande (symbole) DYNASTIE (partie illisible) Il a été, il est, il sera (symbole) l’icône du grand (partie illisible) Par lui, le monde doit apprendre la vérité de sa puissance

(symboles) il servira la venue des (partie illisible) et sera notre messager.

Le fait que le message soit écrit en anglais était, en réalité le plus surprenant. Cela donna l'idée aux chercheurs de dater une brique ! On fit donc le test du carbone 14. Et l’on découvrit qu’en fait, la construction datait des années 1910 – 1920 ! C'est-à-dire qu’elle avait à peine 70 ans !  Le constat était que la construction, un jour, avait été cachée sous de la terre pour éviter que quelqu’un ne se pose des questions sur sa présence sur l’île. Elle devait au début du siècle avoir caché un secret tel qu’aucun livre n’en avait parlé et que personne dans la région n’en avait entendu l’histoire.

Les personnes qui avaient construit ces cercles devaient venir d’autre part et leur secret, ils l’avaient emmené avec eux quand ils avaient quitté l’île et, certainement, la région.

Cette découverte avait donné une nouvelle motivation à une équipe fatiguée et lasse de ne rien trouver de neuf. Tout le monde était content d’être là et le travail repris avec une nouvelle volonté de savoir la vérité. Mais les jours qui suivirent n’apportèrent que la constatation que le cercle continuait à grandir et à s’élever. Le premier socle de bois était maintenant bien loin au dessus du fond de l’excavation et l’on continuait à trouver des cercles de briques à intervalles réguliers.

Un jour, quand l'équipe arriva sur l'île, l'excavation était remplie d'eau...un affaissement soudain sans doute...ou alors cela signifiait que l'on arrivait au bout...Après analyse, il s'agissait d'eau salée...qui se retira d'elle même à la marée basse...Ed et Daniel comprirent enfin l’origine des mouvements de terrain car il devait y avoir, dans les profondeurs de l'île des passages souterrains profonds et que quand les marées avaient lieu, le paysage des criques changeaient à cause de l’eau était aspirée dans tous ces passages souterrains situés sous terre. Mais évidemment, personne ne savait s'ils avaient été construits ou s'ils étaients naturels...

On fit venir des pompes pour pouvoir continuer à travailler. Mais le travail était devenu très difficile car la terre mouillée était très dure et difficile à retirer. Les recherches prirent donc plus de temps et on arriva à un 2ème socle en bois plus épais renforcé par une plaque métallique sur le dessus...C'est là que des incidents survinrent...

Tout d'abord, un pêcheur du nom de Gary Stevenson alla pêcher la nuit du côté de l’île et il en revint terrifié et presque fou. Il certifiait avoir entendu des hurlements et des bruits sur l’île mais il refusa de parler plus et il fallut même l’enfermer pendant quelques temps dans une maison de repos. Quelques semaines plus tard, deux personnes amateurs de légendes, allèrent sur l’île un soir. Le lendemain, on retrouva leur bateau qui errait sur la mer mais d’eux, aucune trace ! Ils avaient tout bonnement disparus ! Les reherches ne donnèrent rien, ni sur l’île, ni en mer et plusieurs personnes n’acceptèrent pas la version officielle qui était qu’ils s’étaient noyés parce qu’ils n’avaient pas été prudents !

A la suite de ces incidents, les recherches sur l’île reprirent mais avec une équipe réduite car beaucoup avait été effrayés par la disparition des deux visiteurs et la folie du vieux pêcheur. Ed et Daniel voulait en avoir le cœur net et ils décidèrent donc un soir de camper sur l’île. Personne ne voulut rester avec eux sauf Sylvester qui décida qu’il fallait maintenant connaître la raison véritable de ce qui se tramait sur l’île.

Les trois compères installèrent leur campement près d’une crique et le soir, ils se firent un feu autant pour se rassurer que pour faire cuire leur repas. Il était environ 21 h quand ils décidèrent d’aller se coucher en se disant que finalement, le pêcheur avait du être effrayé par un hurlement de bête et que les deux touristes s’étaient bien noyé. L’île était silencieuse et tranquille et la soirée était même bien agréable.

Ce fut Ed qui fut réveillé le premier par les bruits assourdissants. Daniel et Sylvester ne mirent pas longtemps à le rejoindre à l’extérieur des tentes et tous regardaient dans la direction des bruits, à savoir le centre de l'île ! Ils étaient bien entendus tous les trois effrayés car les cris n’avaient rien d’humains et ne ressemblaient à aucun cri d’animal connu ! Ceci étant, ils étaient venus pour savoir et il fallait y aller ! Ils avaient emmené des fusils par pure précaution alors ils préparèrent leurs munitions, chargèrent les fusils et commencèrent leur marche vers la clairière dans le noir le plus total pour ne pas attirer l'attention !

Ils marchaient très lentement et ce qui les frappa tout les trois fut le silence qui les environnait maintenant. Les cris s’étaient tus un instant et le silence qui leur avait fait place était oppressant ! Pas un animal, aucun vent dans les branches, pas d’oiseau ! Il ne faisait pas froid mais tous avaient désormais des frissons. Ils furent presque soulagés d’entendre à nouveau le bruit des cris devant eux.

A quelques mètres de la clairière, ils s’arrêtèrent, ébahis ! Cachés derrière des gros arbres et des fourrés, ils observèrent une scène incroyable. Le cercle de pierre était illuminé d’une couleur fluorescente inconnue et il brillait avec une telle force que la lumière s’étendait tout autour de la clairière ! Cependant, ceci n’était rien à côté de ce qu’il y avait aux abords du cercle ! Une forme translucide et longue de plusieurs mètres, pesant certainement plusieurs tonnes se trouvaient dans le cercle et l’origine des cris venait de là. Elle hurlait, entouré d’un halo de lumière fluorescente et bougeait son corps transparent dans tous les sens, comme si elle souffrait.

Tout un coup, elle se mit à bouger et à ramper vers la mer, dans leur direction ! Il fallait fuir et rapidement ! Sylvester, Daniel et Ed ne cherchèrent pas à se cacher et ils commencèrent à courir vers le bateau à toute vitesse.

Malheureusement, la chose, car l’on ne pouvait savoir si cette créature était animale, les avait vu ou senti. On ne voyait pas si elle était munie d’une bouche ou d’yeux mais ni Sylvester, ni Ed, ni Daniel ne souhaitait, dans le cas présent, le savoir. Ils se rendirent compte qu’elle les poursuivait et ils augmentèrent du mieux qu’ils purent leur vitesse à travers les sous – bois, les ronces et les arbres de la forêt. Il fallait faire vite. Le bateau était là bas, ils le voyaient mais Sylvester était vieux et ses jambes n’arrivaient pas à courir aussi vite que lui le souhaitaient. Il était en arrière et la chose prenait de la vitesse. Elle serpentait entre les arbres et glissait vite grâce à la matière qui la constituait, une espèce de gelée qui brillait.

Il trébucha, se releva, repartit mais la chose avait encore gagné du terrain. Il ne restait que quelques mètres et les garçons qui avaient atteint la crique hurlaient à Sylvester qu’il fallait qu’il coure sans se retourner, qu’il y mette toute sa force… Ils étaient déjà dans le bateau, prêt à quitter l’île mais Sylvester trébucha à nouveau et la créature était maintenant sur lui. Ed descendit alors du bateau, mit son arme en visée et tira dans ce qu’il pensait être la tête de la chose.

Cela la surprit, sans visiblement la blesser, et Sylvester pu se relever et arriver jusqu’au bateau. Sans laisser une nouvelle chance à la créature de s’approcher, Daniel lui tira dessus depuis le bateau pendant que Ed et Sylvester démarrait le moteur et partait vers le large. La créature, enragée, détruisit tout le campement puis, hurla à la mort et repartit vers la forêt. Les hurlements se poursuivirent pendant que les trois hommes mortifiés rentraient au port.

Ed, Sylvester et Daniel allèrent directement voir le maire qu’ils réveillèrent en pleine nuit pour lui raconter leur terrible aventure. Celui-ci ne voulait pas croire ce qu’il entendait. Il avait suivi de près les découvertes successives sur l’île mais ne pouvait pas croire qu’une créature terrible était à l’origine de tout cela. Pourtant, les trois hommes disaient la même chose et ils n’avaient jamais été des hurluberlus en quête de sensations fortes. Il avait toujours cru ce qu’ils disaient et leur fit confiance, même si cela paraissait improbable.

Le lendemain matin, dés l’aube, Stanford était interdite d’accès et on fit même évacuer une partie de la ville vers un village dans les terres. Les journalistes n’avaient pas non plus d’accès et on leur donnait des informations par bribes aux points d’entrée et de sortie de la ville. Une conférence de presse fut donné pour expliquer que l’île était maintenant dangereuse, que des glissements de terrain avaient rendu le terrain très instable, qu’il ne fallait plus s’y rendre sous peine de courir un grave danger et qu’on donnerait plus de détails plus tard.

Les journalistes avaient bien compris que le danger était autre car une partie de Stanford avait été évacuée et Stanford n’était pas touchée par des glissements de terrain ! Mais ils n’obtinrent pas plus d’informations ce qui transforma l’affaire en énigme nationale. Le nom de Stanford, petite bourgade tranquille, était sur toutes les lèvres et la télévision passait des reportages sur la ville, ses environs et expliquait que cette ville tranquille avait désormais un lourd secret.

Pendant ce temps, Ed, Sylvester et Daniel réfléchissait au moyen le plus sûr de détruire définitivement la créature de l’île. Certes, elle n’était pas responsable de ce qui se passait et c’était certainement les recherches autour du cercle qui avaient mis à jour sa cachette, mais elle était dangereuse et avait déjà sûrement tué les deux personnes qu’on avait jamais revus. Elle pouvait à tout moment vouloir quitter l’île et arriver jusqu’au côte et on ne pouvait courir ce risque.

On pouvait l’endormir mais on ne savait pas vraiment ce qu’elle supportait ni la dose à mettre. Il fallait donc s’en débarrasser totalement même si, du coup, on abandonnait l’idée de connaître la réponse de son origine. Ed, Sylvester et Daniel savaient déjà qu’elle était un messager et qu’elle représentait un monde inconnu dans l’attente d’une arrivée plus importante de ses représentants. Ce qui était inquiétant, c’est que d’après le message, elle représentait une dynastie… Mais l’heure n’était plus aux découvertes historiques ni aux questionnements sur la raison d’être de cette créature. Elle était dangereuse et puissante. Il fallait la faire disparaître. Ed proposa la dynamite ou les grenades. On l’attirerait vers un point dégagé, une crique par exemple, ou on avait, au préalable disposé des explosifs. On pouvait travailler tranquillement dans la journée car, a priori, la créature ne sortait que la nuit.

Cette hypothèse fut actée et l’on transporta sur l’île tout le matériel nécessaire pour détruire un immeuble de plusieurs étages. Les charges furent placés judicieusement dans le sable et sur les côtés de la crique ce qui éviteraient une fuite de la créature si les premières charges ne la tuaient pas.

Le lendemain, Ed, Daniel et Sylvester, armés et prêts à tout, arrivèrent sur l’île avec les détonateurs. Il était 18 h et le soleil se couchait. Ils préparèrent tout le matériel et s’installèrent derrière un rocher, à proximité de leur embarcation, de façon à pouvoir fuir très rapidement vers le large en cas de souci.

Vers 21 h, les bruits se firent entendre mais là, il fallut se rendre à l’évidence. Il fallait attirer la bête vers la crique. Cela signifiait que l’un des trois hommes devaient aller vers la clairière. Ed se proposa car il était le plus jeune et le plus sportif. Il partit donc vers la clairière et au bout d’environ 35 minutes, on entendit la bête hurler plus fort et Ed arriver vers la crique en courant. Il criait de toutes ses forces qu’elle arrivait et qu’il fallait être prêt à tout déclencher.

Il avait pris une certaine avance et il arriva au bateau au moment ou la bête arrivait sur la crique. Les trois hommes déclenchèrent d’abord les explosifs situés sous la bête ce qui, sans la détruire, la rendit folle. Les hurlements étaient devenus assourdissants et la force des mouvements de la chose, qui se tordait sur le sable, était telle que le sable s’était soulevé et que l’on ne voyait plus rien. Au bout d’un moment, les trois hommes ne voyaient même plus la créature et ils préférèrent, par sécurité, déclencher les derniers explosifs.

Après le bruit des explosions, un silence lourd se fit sur l’île. La bête s’était tue mais était –elle morte ? Sans attendre, les garçons rejoignirent le bateau mais, au moment de démarrer le moteur, un bras translucide dépassa du nuage de sable et emporta Sylvester qui disparut en quelques secondes.

Les deux garçons prirent leur fusil mais ou tirer ? Le nuage de sable ne se dissipait pas. Il fallait s’avancer sur la plage sans visibilité aucune. Pas à pas, ils avancèrent et se rendirent compte que la créature n’était plus là. D’ailleurs, très vite, les deux garçons entendirent de nouveau son cri se dirigner vers la clairière.. Ils découvrirent alors Sylvester inconscient sur le sol.

Il avait perdu connaissance et son état semblait très préoccupant. Il avait une plaie à la tête et ses jambes étaient en sang. Il faisait une hémorragie au niveau de l’artère fémorale et les garçons durent lui faire un garrot. Il fallait le ramener rapidement dans un hôpital. La créature avait été affaiblie car elle n’avait pu ramener Sylvester jusqu’à son antre mais le chaos de la clairière montrait aussi qu’elle était enragée et prête à revenir très rapidement.

Les garçons emmenèrent donc Sylvester sur le bateau et quittèrent l’île, désappointés. Ils avaient échoué et Sylvester était gravement blessé. Arrivés à Stanford, leur récit fut entendu par une assemblée horrifiée et le reste des habitants de la ville fut évacuée. Sylvester fut emmené à l’hôpital dans un état critique. Il avait perdu beaucoup de sang et les garçons n’avaient pas pu le ramener à la conscience.

Les garçons étaient encore plus déterminés à en découdre avec la bête de l’île. Mais quelle solution plus radicale pouvait – on trouver ? Les garçons ne dormirent pas de la nuit et à l’aube, ils avaient en tête un nouveau plan. La bête était affaiblie et s’était sûrement retranchée dans les souterrains sous la construction de cercles. Ces cercles lui permettait de remonter à la surface.

Au départ, des hommes avaient cru à la naissance d’une nouvelle civilisation et ils avaient pensé que la créature représentait une nouvelle ère de rencontre avec d’autres mondes. Ils avaient donc construit le cercle et écrit le message. Puis ils s’étaient rendus compte que le monstre était terrible et puissant et qu’il était le messager d’une civilisation puissante, venue conquérir le monde des Hommes. Alors ils avaient refermé le cercle sur la créature pendant qu’elle dormait et mis des socles en bois solides afin de l’enfermer à jamais au fond de la clairière. Ils avaient ensuite rebouché le tout et caché le cercle, abandonné l’île et était partis sans laisser aucunes traces. Seulement, voilà ! Ed et Daniel avaient ouvert le passage, énervé la bête par les fouilles et maintenant, elle était libre ! Il fallait simplement l’enfermer à nouveau mais cette fois, en faisant ensuite exploser les passages souterrains et les accès au cercle. Détruire le tout était le plus simple et le plus rapide.

Les deux garçons n’avaient plus d’état d’âme. La bête, quelque soit la dynastie qu’elle représentait, était agressive et dangereuse. Elle représentait un monde qui voulait prendre le pas sur le leur et ils ne l’acceptaient pas. Le lendemain, de retour sur l’île, ils placèrent des explosifs à plusieurs endroits stratégiques. La créature avait peu d'espace pour passer même si les cercles avaient été mis à nu et qu'elle avait détruit le socle final. Mais en utilisant les passerelles et les échafaudages, ils purent placer des explosifs sur les différents cercles et à différentes hauteurs bien au dessus du trou par lequel elle pouvait passer. Peu avant le soir, ils étaient prêts et décidèrent de déclencher les explosifs vers 21 h, heure à laquelle la bête faisait toujours son apparition. Ils savaient que le cercle s’illuminerait à l’approche de la créature.

Le plan paraissait parfait. La nuit tomba et vers 21 h, le cercle commença à s’illuminer. Les garçons entendirent les hurlements de la bête. La bête poussait des hurlements de plus en plus terribles. Les garçons ne voulaient pas lui laisser une nouvelle chance de s’échapper et ils firent donc exploser les charges.

Le choc fut incroyable. Le cercle vola en mille éclats et la terre se recouvrit de minuscules particules fluorescentes. Le sol était recouvert de morceaux de briques, de terre et aussi, à la grande joie des garçons, de matière translucide et gélatineuse qui ne pouvait venir que de la créature morte.

Prudemment, les garçons s’avancèrent jusqu’au trou laissé par l’explosion. La bête avait effectivement été déchiquetée par le souffle et ses débris couvraient toutes les parties du trou. C’était fini. L’énigme du cercle avait été résolue et le monstre détruit. Ed et Daniel était soulagé même si le contre – coup de leur aventure les laissait exténués. Ils n’arrivaient plus à bouger et ils mirent du temps avant de quitter l’île et d’aller raconter leur victoire à Stanford.

Sylvester se remit de son accident mais il dut partir dans une maison spécialisée car il avait un peu perdu sa tête... Daniel indiqua à Ed qu'il ne voulait pas rester à Stanford. Ed était d'accord avec lui...Lui même n'avait plus trop d'amour pour la région....

Maintenant, quelque chose les dérangeait dans l’atmosphère de la région  et ils continuaient à se poser des questions sur la dynastie et le monde que représentait cette bête immonde. Leur monde serait à jamais différent et ils auraient toujours un doute sur ce qui se tramait dans les profondeurs de la terre, sur les créatures inconnues qui peuplaient les souterrains, grottes et abysses de cette petite région d’Angleterre. Ed et Daniel partirent donc et laisèrent Stanford reprendre une vie normale sans eux. Brad finit par vendre le pub, prendre sa retraite et se rapprocha de son fils.. A Stanford, les pêcheurs reprirent leur travail. Les touristes, un temps échaudé par les légendes, reprirent le chemin de l’île. Ed et Daniel avaient définitivement tourné la page. Leur intérêt pour Stanford s’était distillé  complètement et bientôt plus personne ne su même ce qui s’était passé sur l’île.

Le 15 mai 1995, soit 15 ans après leur découverte et leur aventure, un jeune pêcheur du nom de Nick Peterson alla pêcher de nuit près de l’île et 2 jours après, il réussit à revenir à Stanford pour être enfermé dans un asile. Ses propos étaient incohérents et il n’arrivait pas plus à parler tellement sa bouche était déformée. Le 25 juin, deux touristes disparurent en faisant de la plongée autour de l’île.

Il faut espérer qu’un jour, l’île disparaîtra sous les eaux ou qu’un tremblement de terre viendra détruire ce qui vit sous l’île. Ils sont peut être nombreux et puissants. Ils ont peut être construit d’autres mondes ailleurs et maintenant ils attendent le moment propice à leur invasion. Ils sont la dynastie et ils n’ont pas qu’un seul messager. Alors si vous allez à Stanford, un jour, ne vous promenez pas sur l’île, surtout si le soleil se couche.

Passez votre chemin, continuez votre route en espérant ne jamais rencontrer le maître de cette nouvelle puissance, ici ou ailleurs.

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir