Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Cinéma

Au-delà (Clint Eastwood)

Texte écrit par Drine
Thumbnail image

A travers 3 personnages, une journaliste ayant vécu une expérience de mort imminente après un accident, un médium fuyant son don et un jeune garçon ayant perdu un être cher, Clint Eastwood s’intéresse à la mort et à son énigme par  ces trois protagonistes qui doivent réapprendre à vivre après avoir subi, chacun à leur manière, son traumatisme.

L’histoire qui tient en une phrase ne nous raconte pas grand chose alors que paradoxalement le film nous en raconte trois !

Dans ce genre d'exercice casse-gueule, la réussite dépend de la capacité à maintenir jusqu'au bout l'intérêt initial.

Or, après un départ vertigineux (la reconstitution très réaliste et bluffante du tsunami) Au-delà perd très vite de la vitesse.


 

Pendant 2 heures, nous suivons le quotidien de ces 3 personnages qui vont se croiser et ainsi accepter ou non de vivre avec la mort...Certes ils vont vivre différents événements et nous assistons à leurs réactions, évolutions face à leur confrontation avec la mort mais malheureusement aucune surprise à la finale... (Il y a même eu des éclats de rire dans la salle, dont le mien!, pour cette fin prévisible et bâclée, c’est dire !)

Clint Eastwood utilise le montage parallèle jusqu'à ce que les histoires s'entrecroisent Mais le dosage est maladroit, trop linéaire…A mon sens, j’aurais changé l’ordre pour alimenter l’intrigue…

Et même si le film s’attache à suivre leur parcours émotionnel confronté à des questions essentielles comme le sens de la vie, le mystère de l’après, l’acceptation du deuil, leur traitement trop simpliste et stéréotypé ne permet pas à l’histoire de s’incarner et de se transcender.

Pourtant je suis très friande des films aux destins séparés qui se relient par une histoire commune mais n’est pas Innaritu qui veut !

Pour voir ce qu'est un vrai drame réussi, je vous conseille de voir ou revoir : Amours chiennes, Babel, 21 grammes ou Biutiful... tous des chefs d'œuvre !

En multipliant les lieux (San Francisco, Paris et Londres), Eastwood semble se perdre en route et le spectateur avec, lequel, au fil du temps, commence à trouver le temps long.

Même la direction d’acteurs laisse parfois à désirer. Cécile de France, inégale voire pas crédible dans certaines  scènes, son compatriote Thiery Neuvic pas mieux ! Matt Damon s’en sort plutôt bien mais mention spéciale aux petits jumeaux qui m’ont le plus touché !

Certes certaines scènes  sont bien réalisées si on les isole (le tsunami, le métro, la quête de vérité de l'enfant parmi les charlatans, le refus du don du médium pour rester dans la Vie…) mais le tout donne un film imparfait accompagné d’une bande son envahissante et mielleuse !

Les explications sur l'au delà son assez basiques et le sujet est survolé, pas bien exploité. Au-delà souffre de nombreux défauts, d’incohérences, et se classe très loin des standards de qualités de Clint Eastwood (comme les bons Invictus et Million Dollar Baby ou encore les excellents Gran Torino, L'Echange et Mystic River que je vous conseille vivement)

En conclusion, dois je préciser ma déception ? jusqu'à l'affiche que je troupe "too much", trop léchée, on dirait un film dramatico-romantico-tremolo...(Matt Damon indiqué en grosses lettres, pas de Cécile de France?...)

Peut-être suis-je trop exigeante et j’avais placé la barre trop haute envers le talent de Clint Eastwood.

Au-delà est en-dessous…

Attendons patiemment son prochain Opus « Hoover » Biopic sur J. Edgar Hoover, le créateur de FBI avec L.DiCaprio

You have no rights to post comments