Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Tous les textes listés par catégories

Limites effacées

Texte écrit par Ercumeba

Elle ne savait pas où elle était. Elle pensait être partie loin dans un rêve du passé. Elle se rappelait les moments passés, les moments quand elle était heureuse, du moins c'était ce qu'elle croyait. Elle le voyait là, dans ce monde confus et irréel. Il s'agissait d'un de ces rêves si captivants qu'elle était sûre d'y être, de le vivre.
Il posa sa main sur son épaule. Elle sursauta intérieurement avant de se rendre compte qu'elle entendait une faible voix, une voix qui... chantait. Oui, c'était la radio. Elle était couchée dans son lit avec sa main sur l'épaule. Un court instant cela lui semblait plus irréel que le rêve dans lequel elle a été plongée et duquel on l'avait réveillée. Mais qui l'avait réveillée? Non, ce n'était pas possible, il n'était pas là. Il ne pouvait pas être là, à ses côtés, la main tendrement posée sur son épaule comme si c'était la chose la plus normale au monde.
Elle regarda lentement derrière elle. Vaguement elle pouvait y apercevoir une silhouette. Il était flou, mais bel et bien là. Et hier? A-t-il été là hier aussi? Allongé à côté d'elle?
Elle se tourna de nouveau et ne vit rien, elle cligna des yeux et une ombre réapparut au loin comme à travers d'un léger brouillard. Était-ce l'effet du joint? Elle ne savait plus rien. Malgré cette sensation d'irrationalité elle se sentait bien. Trop bien.
Elle referma les yeux pour s'adonner de nouveau à cet état de légèreté, qu'il était là ou non lui était égal au fond. Elle ne souhaitait que voyager dans ses souvenirs avant de s'endormir inconsciemment.
"Tu sais, malgré tout je t'aime. Je t'aime beaucoup." lui chuchota-t-il.
Elle rouvrit les yeux. S'était-elle déjà endormie? Sa voix lui avait semblé si lointaine, elle ne laissait que le souvenir d'un écho. Il ne pouvait pas être là, c'était impossible. Ca faisait des mois qu'ils ne se voyaient plus.
Elle commenca à se demander laquelle de ces deux situations était le rêve. Qu'est-ce qui était encore réel? Et si c'était vrai? Cela lui paraissait faux, mal même. Sans raison apparente elle commenca à culpabiliser. Et en même temps elle se sentait si bien...
Elle avait toujours apprécié le sentir. Sentir ses mains sur elle, sentir son odeur. L'entendre avec cette voix qui la faisait fondre.
"Je t'aime aussi. Je crois que je le ferai toujours." répondit-elle.
Intérieurement elle pouvait le voir sourire.
Et si ce n'était qu'un rêve après tout, que pouvait-il bien lui arriver? En plus, c'était vrai, elle ne l'avait toujours pas oublié. Elle se surprenait souvent en train de penser intensément à lui ces derniers temps. À rêver de lui. De ce qui aurait pu être. Elle savait qu'elle ne devrait pas, qu'elle s'était promis de tourner la page, de la déchirer même. Mais ce sentiment, ce sentiment sincère et profond qu'elle avait pour lui ne se laissait pas contrôler. Elle réussissait à le mettre de côté temporairement mais il finissait toujours par refaire surface, souvent quand elle s'y attendait le moins. Parfois elle l'imaginait. Dans toutes les situations possibles. Elle se rappelait le temps quand il était encore là. Quand ils s'entendaient encore, quand la vie était plus belle, plus facile.
Était-ce cela qu'elle était en train de faire? Est-ce que tout ce qu'elle croyait réel dans ce moment n'était qu'une illusion? Elle ne le savait pas.
"Tu es pensive ce soir, tu penses à moi? Tu te demandes encore si j'étais là hier? Si je suis là maintenant? Arrête d'essayer de t'en faire une raison, tu sais bien que je te hanterai toujours." entendit-elle sa voix.
Tout d'un coup elle se rendit compte qu'elle avait peur. Il lui faisait peur, son souvenir l'angoissait. Elle ne voulait pas qu'il soit là, elle savait trop bien de quoi il était capable. Elle connaissait l'ampleur de l'emprise qu'il avait sur elle. Elle l'avait vécu. Elle se mit à se demander si elle devenait folle. C'était ainsi que l'on devenait fou? Quand on ne parvient plus à distinguer le vrai du faux?
"Tu as raison." avait-elle envie de lui dire. Mais elle se tut. Il n'y avait personne, elle hallucinait, il n'avait pas le droit d'être ici, ca elle le savait, elle le sentait.
Soudain, il l'embrassa. Une sensation de culpabilité l'envahit. L'avait-elle fait rentrer ce soir pour passer quelques heures en sa compagnie? Avait-elle sacrifié tous ses efforts de l'oublier pour quelques instants volés? Elle ne se sentait plus maître d'elle-même, ces sentiments l'auront toujours, elle ne décrochera jamais, il était comme une drogue pour elle, il lui faisait perdre la raison à volonté, même dans ses rêves.
Il prit sa tête entre ses mains, la tourna doucement vers lui et l'embrassa de nouveau. Cette fois-ci, elle ne pouvait plus se retenir, elle répondait à son baiser. Vrai ou faux, réel ou irréel, bien ou mal, elle s'en fichait. Vivre ce moment, le vivre pleinement comme si demain n'existait pas, c'était tout ce à quoi elle aspirait dans cet instant.
Certaines choses valent tous les péchés, se dit-elle, avant de replonger...

(Un manuscrit (: )

You have no rights to post comments