Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Pensées & Reflexions

Sans issues

Texte écrit par Frédéric Grimbert

sans issues

 

– Pourquoi sembles-tu si mélancolique ?

– Je viens de renoncer à la femme que j’aime.

– Pourquoi ferais-tu ça ?

– Parce qu’elle ne m’aime plus et que l’amour à sens unique est destructeur. Il n’y a plus aucune passion, c’est comme se heurter à un mur et je vis alors dans ma propre prison.

– Tu sais, dans chaque couple il y en a toujours un qui aime plus que l’autre.

– Oui, mais avec elle nous avons vécu une grande passion, puis de l’amour où nous nous sentions bien tous les deux, mais maintenant il n’y a plus rien. Elle ne me touche plus, elle m’embrasse du bout des lèvres comme pour repousser mes ardeurs et elle ne me regarde plus comme avant.

– Tu sais des femmes, il y en a plein. Beaucoup ont besoin d’amour et ont envie d’en donner en retour. Qu’a-t-elle de particulier celle-là ?

– Je l’aime. J’aime son corps harmonieux, sa peau douce, son odeur enivrante. Quand je la touche, ça me prend jusque dans les tripes, quelle que soit la partie de son corps.

– Mais tu peux retrouver ça ailleurs.

Détrompe-toi

Texte écrit par Frédéric Grimbert

FB IMG 1476486412714

“Il faudrait terminer tout ce qu’on commence”

(Jésus Blier)


Je repense à mes amours, à ce fameux tableau surréaliste


Je compte les jours. Quand pourrais-je poser mes genoux à tes pieds, te compléter en te chérissant de ma passion ?


Le message c’est qu’il fallait que tu me quittes.


Troublant, n’est-ce pas ?

Au delà des limites

Texte écrit par Frédéric Grimbert

La déferlante qui nous gagnait jadis n'est plus qu'un remède à la solitude. Si j'avais su alors les erreurs que je ferai, je les aurais quand même faites. On ne peut retenir ses actions si elles avaient un sens à ce moment là. Un sens, non pas de raison, mais un sens de l'émotion.

J'ai peint sur ton ton visage les caresses que tes yeux m'inspiraient. J'ai fermé les clés du hasard pour accéder à celles de ma rage. Cette rage futile et fragile qui ne ferait pas même peur au vent, mais qui m'appartient, dans mes rêves, mes tourments, mes fantasmes et mon imagination.

Bref je me l'étais promis c’était fini

Texte écrit par ElwingIndis

Bref je me l'étais promis c’était fini

 

De la peur d'aimer

Texte écrit par Ercumeba

J'ai une question, Anne. Et je ne sais pas à qui la poser car au fond, je sais qu'il n'y a que toi qui peut me comprendre, que toi qui sait véritablement regarder au fond de moi-même et me dire qui je suis. J'aurais toujours besoin de toi dans ma vie, besoin de celle qui me repousse sans cesse sur la route qui est la mienne, celle que je suis supposée de suivre pour rester celle que je suis et pour devenir celle que je dois être. Sans toi je me sens perdue... perdue dans cette jungle de sentiments et d'émotions que je ne sais que trop mal gérer.

Dis-moi, est-ce normal d'avoir constamment peur? Peur que l'autre ne joue qu'un jeu sadique, peur que ce qu'il dit et fait n'est qu'une fassade, peur que tout cela ne soit qu'une illusion qui éclatera tôt ou tard telle une bulle de savon?