Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Tous les textes listés par catégories

Entériné

Texte écrit par Frédéric Grimbert

Je suis hermétique à certaines vies. Je traverse la mienne tapi dans l'ombre et porte un masque derrière lequel se cache le néant. Tel le noir invisible dans l'obscurité, vous passez à côté de moi sans me voir. Je suis imperméable à vos sentiments, vos larmes glissent sur moi comme des gouttelettes de pluie. Je ne suis !

Je traverse le temps et même le temps ne me voit pas. Moi, je vous vois, je vous observe, je vous fuis. Mon seul refuge est de l'autre côté du miroir quand je vois l'autre dans son âme, quand tout n'est qu'électricité et que j'embrase mon cerveau en fumant ces particules végétales qui seront miennes à jamais. Je tapisse la voûte de mon esprit de toutes ces étoiles terrestres et tout ce qui sort de ma tête ne m'appartient déjà plus. C'est pourquoi je compte sur celles qui me protégeront, me garderont caché comme on cache la Vérité. Elles porteront très haut les germes de mes graines, leurs corps nus, armées de glaives. Et vous fixant des yeux, sans comprendre, vous passerez votre chemin.

Ici l'arbre de la vie est rouge. J'évolue dans le pêché d'une conscience avide et absolue, j'habite pour toujours dans cette forteresse de chair où seule l'austérité sait se joindre à la beauté.

J'entends des cris sous mes fenêtres, des cris d'horreur qui se tarissent devant la beauté de mes femmes.

Toi qui voulait comprendre sans chercher, peut-être que maintenant tu sais qu'il fallait chercher sans comprendre jusqu'à rencontrer ta destinée. La mienne je la savoure encore un peu avant la fin du jour, avant de rejoindre ces fantômes du passé qui m'attendent, qui m'apprennent, qui m'observent sans pouvoir me stopper. Étapes, épreuves et barrières, j'en ai franchies plus qu'il ne le fallait, j'ai le droit de m'arrêter et de partir, mais je veux rester encore un peu avec mes protectrices, juste un peu, pour profiter de ces instants ineffables même si, pour cela, il me faudra encore affronter ce par quoi je suis déjà passé, au risque de me perdre dans ma pensée, ou pire, dans la vôtre.


 

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir