Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Écrits divers

Je t'aimais

Texte écrit par Edwin Bubble

L'hiver revient doucement. Le matin, les routes sont détrempées. Lorsque l'on traverse le pont, on aperçoit des nuées de brume qui montent de la rivière. On ne voit plus les hérons au bord des champs, qui s'envolaient à notre passage, nimbés de lumière. L'été s'éloigne. Les preuves que le temps passe sont juste devant nos yeux.

Hommage aux égarés

Texte écrit par Frédéric

 

Marche droit, petit soldat de ce monde,

Marche bien droit dans tes bottes qui ne sont même pas les tiennes.

Ton chemin est rassurant, large et on ne risque point de s’y perdre.

Mais reste-y sur ton chemin, il ne me plait point.

Dictionnaire (peu) sérieux de la musique (partie 1)

Texte écrit par Frédéric

La musique avait bien méritée qu'on lui consacre un dictionnaire digne de ce nom !

 

A

Accident : on appelle ainsi le dièse ou le bémol. Sa gravité dépend de la note sur laquelle il tombe. A la suite de l'accident on utilisera, selon le cas, un constat amiable ou un bécarre.

Adagio : moment où, dans la symphonie, le public a davantage de temps pour tousser. Pour un banquier, a moins de valeur qu'un agio.

Altiste : instrumentiste qui a été inventé pour donner du remords aux violonistes de raconter des vacheries sur lui.

Argent : selon les impresarios, ne fait que 10% du bonheur. Permet d'acheter la voix de l'artiste et le silence du critique.

Armure : rempart de dièses et de bémols qui protège la musique classique de l'attaque des musiciens du Moyen-Age.

Avenir : appartient aux jeunes musiciens... à condition qu'ils vieillissent !

À tous les Caliméro

Texte écrit par Criquet

À tous les Caliméro, bien au chaud dans leurs coquilles ; à ceux qui pour aimer un peu doivent haïr le monde ; aux « moi », aux « je », aux « moi je » - et à tous les « autres », qui ne peuvent pas comprendre ; à ceux qui se construisent une prison dorée, et qui snobent le gardien venu les nourrir ; aux exclus exclusifs ; aux narcisses 2.0 ; aux esprit ouvert plutôt étroits ; aux « nous deux c’est différent » ; à la fougue sans risque, à la passion paillette, aux anars du placard ; à ceux qui dégoulinent de sensibilité, mais dont le cœur est à sec ; à ceux qui ont tellement besoin des « autres » pour exister ; à ceux que le temps a métamorphosé ; à ceux que le naturel a quitté ; à ceux qui se sont construits sur des chimères, aux acteurs qui jamais ne quittent le masque ; à ceux qui ont peur ; à nous tous, Caliméro de la Terre, petites choses si fragiles.

Autodérision, autocritique, etc. Ne sommes-nous pas tous trop importants pour nous prendre au sérieux ? Si j’ai froissé votre ego comme j’ai froissé le mien, alors je pourrai dire : mission accomplie.

Une soirée

Texte écrit par Frédéric

En ces chaudes soirées d’août où se mêlent les grondements du tonnerre lointain les vapeurs moites de la ville, à l’heure où la société cesse – enfin – de se manifester, voici que s’égrène dans l’air les premières notes miraculeuses et douces de l’Andante Spianato de Chopin, cette merveilleuse caresse qui sublime le piano.