Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Articles

Contrefaçon

Texte écrit par Frédéric Grimbert

Je voudrais tant retenir le temps
Pouvoir le contempler
L'apprécier et l'aduler
Dans chacun de ses instants
Pouvoir comme dans les rêves
M'affranchir du passé
Et ne pas redouter l'histoire qui s'achève

Je voudrais croire en l'éternité du jour
Ne pas sentir les années comme un déclin
Mais comme un renouvellement sans fin
Me perdre encore dans les détours
Où se rejoignent sans artifices
La beauté et l'horreur
Que vous nous avez imposés jadis

Quand le bon sens n'était qu'algébrique
Que nous n'étions pas encore mutilés
Dans nos chairs inventées
Derrière les portes obscènes de la fabrique
Dans ces interminables écritures
Au-delà de vos regards craintifs
Quand nos âmes du néant brûlèrent en chœur.

You have no rights to post comments