Redactions.fr

Chacun de nos mots compte

Articles

Le sentiment éternel

Texte écrit par Frédéric Grimbert

le feu qui me brûle

 

Dans l’effroi, tu m’as donné avec ferveur le sentiment inespéré d’être

Un homme-enfant j’ai parcouru les lignes de l’extase jusqu’au chagrin

De la jouissance, j’ai vu l’âme sans fond qui ruisselait comme l’orage

De douceur qui n’appartient qu’à toi, ô femme libre de tes pleurs

 

Au fond de moi, la forme obscène a révélé la beauté puissante d’une étoile

Ce souvenir sera demain pour l’éternité de sa promesse muette

Ces parfums mélangés sur nos peaux animales 

Je te ferai l’amour dans les rues bondées à l’insu de la morale publique

 

Toi par qui le désir n’insuffle pas la colère d’un autre frère maudit

Bien sûr, chaque don est un fardeau de détresse

Mais l’allégresse ne jure que par l’instant d’une caresse imaginée

Donne-moi encore ce désir secret qui te ronge au matin

 

L’ineffable se retourne comme une feuille à l’orifice gênant le badaud

Ton odeur a laissé son empreinte dans une étreinte volcanique

Responsable de mes insomnies je te hais de cette absence

Que je jalouse au départ d’un afflux de sang dans ma verge

 

La beauté se trouve toujours quand on l’appelle à soi.


 

Commentaires   

Frédéric
0 # Frédéric 31-10-2017 09:13
Très physique, très révolté, très... grimberien :eek:
Signaler à l’administrateur
Frédéric Grimbert
+1 # Frédéric Grimbert 31-10-2017 13:12
De la révolte ? Tiens, ce n'était pourtant pas le sentiment que j'avais en l'écrivant. Comme quoi chacun y voit midi à sa porte, mais chacun y retrouve-t'il son compte ? :-*
Signaler à l’administrateur

You have no rights to post comments